Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
affiche du dossier Quo Vadis, Aïda?

Thématiques abordées

Éthique, éducation, mœurs
Histoire
Politique

Aspects du film analysés

Mise en scène
Sens du film
Scénario
Personnages
Réactions, émotions, point de vue des spectateurs
Vérité et fiction

Mots-clés

massacre massacres
génocide
O.N.U.
Srebrenica
Casques bleus




Quo Vadis, Aïda?

Jasmila Zbanic

  • Indication
    Bosnie-Herzégovine, Autriche, Roumanie, France, PB, All., Turquie, Pol., Norvège, 2020, 1h41
  • Genre
    Historique, Drame/Comédie
  • Public scolaire
  • Langue
    version originale serbo-croate
  • Format
    24 pages, 210 x 297, 4.80€
Acheter ce dossier Consulter un extrait

Quo vadis ? Bien connue pour avoir titré de nombreuses oeuvres littéraires, cinématographiques ou musicales, cette question formulée en latin – Où vas- tu ? – s’adresse ici au personnage principal du film : Aida, une enseignante réquisitionnée pour servir d’interprète aux Casques bleus néerlandais basés à proximité de son village, Srebrenica. Nous sommes en Bosnie, en juillet 1995. Censées maintenir la paix dans la région et protéger la population musulmane des violences perpétrées à leur égard par les Serbes, les forces de l’ONU peinent alors à obtenir les moyens nécessaires à l’exercice de leur mission – en l’occurrence ici, un support déterminant de l’aviation, qui leur avait été promis en cas d’invasion du village mais qui leur est finalement refusé. Instinctivement, Aida pressent le pire et, à défaut de pouvoir aider l’ensemble de ses concitoyens, tente par tous les moyens de protéger son mari (Nihad) et ses deux fils (Hamidja et Ejo) de la tragédie qui se prépare. Ce dossier pédagogique s’adresse aux enseignants qui verront le film avec des élèves de l’enseignement secondaire supérieur. Les animations proposées, à mener en classe après la projection, visent essentiellement à amener une meilleure compréhension du conflit, de son contexte et de ses enjeux ; une réflexion nuancée sur la légitimité du format fictionnel dans l’évocation de ces faits authentiques et sur les intentions de la réalisatrice ; une interprétation de quelques éléments de mise en scène ou encore, une analyse des mécanismes génocidaires à travers ce qui en est montré dans le film.


Tous les dossiers - Choisir un autre dossier