Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce

Amazing grace - Aretha Franklin

Nous sommes le 13 janvier 1972, dans une petite église du quartier noir de Watts à Los Angeles et la chanteuse Aretha Franklin, 29 ans, va enregistrer pendant deux jours un album mythique. Les images, prises par Sydney Pollack, manquaient. Plus maintenant !

Dès les premières notes, on comprend que ce concert aura une portée historique. Le révérend James Cleveland, légende du gospel, les musiciens et les choristes du Southern California Community Choir jouent leurs rôles d’accompagnateurs à la perfection.

Le public, intimidé au départ par la présence de la chanteuse, devient de plus en plus intenable jusqu’à atteindre un point de non-retour avec le morceau Amazing grace : 11 minutes de transe. Le visage d’Aretha Franklin est illuminé par des perles de sueur tandis que les quatre octaves de sa voix projettent un parfum de folie sur les musiciens et les spectateurs. 

Mais si le concert a été filmé, les images manquaient. Pourtant, cet enregistrement public a bien été filmé, et pas par n’importe qui : Sydney Pollack lui-même, missionné par la Warner. Mais le réalisateur commet une grossière erreur de débutant : faute d’avoir bien utilisé les claps de début et de fin, le son n’est pas synchronisé avec l’image !

Il faudra l’obsession du producteur de musique Alan Elliott pour ressusciter ce film mort-né...

La projection sera précédée d'une présentation par Jean-Pol Schroeder, spécialiste du jazz. 

En collaboration avec la Maison du jazz

 Tweet