Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos
Lancer la bande-annonce
Bande-annonce
affiche du film Sakawa

Prochaines séances

Il n'y a plus de séances pour ce film actuellement dans nos salles

Sakawa

  • Choisissez une séance
  • Réalisé par
    Ben Asamoah
  • Distributeur
    Dalton distribution
  • Langue
    Français
  • Pays d'origine
    Belgique
  • Année
    2019
  • Durée
    1 h 21
  • Version
    Version originale sous-titrée en français
  • Date de sortie
    2019-06-06

Un splendide documentaire qui présente, sur fond de vie quotidienne au Ghana, une analyse subtile d’un phénomène contemporain d’arnaque à partir des nouvelles technologies. Sakawa nous a bouleversés !

Pour son premier long métrage, le réalisateur belge d’origine ghanéenne nous propose une critique sociale d’un phénomène répandu au Ghana : l’arnaque via des sites de rencontre. La pratique est majoritairement exercée par des hommes qui se font passer pour des femmes auprès d’hommes occidentaux, avec l’objectif de leur soutirer de l’argent. « Sakawa » est un terme ghanéen qui décrit ce phénomène d’arnaque à partir des nouvelles technologies, combiné à des rituels africains et principalement destiné à escroquer des étrangers. Le phénomène peut s’étendre à la récupération des « e-déchets » – les données numériques contenues dans le matériel informatique jeté dans les décharges – pour obtenir les données personnelles et financières des propriétaires à partir de leur ancien disque dur.

On suit alors plusieurs protagonistes qui se retrouvent dans le même cybercafé, où ils chattent avec les hommes blancs. Entre eux, ils se refilent les bons tuyaux, les « bonnes manières de faire » pour soutirer un maximum d’argent à leur proie. Ils achètent des modificateurs de voix pour féminiser la leur lorsqu’ils ont passé l’étape du chat et que la relation les amène à avoir des contacts téléphoniques.

Cette dynamique laisse progressivement place à une vision du monde plus sombre encore, où l’on saisit bien que la première victime n’est pas celle qui est arnaquée. Car le décor est planté : le Ghana est très pauvre, les habitants se débrouillent comme ils peuvent et les nouvelles technologies permettent simplement de nouvelles manières de s’en sortir.

Ce film pose un regard critique sur les rapports d’exploitation entre le Nord et le Sud. Le réalisateur nous offre matière à réflexion à travers une œuvre documentaire artistique forte, dont l’esthétique bleutée rappelle la luminosité des écrans d’ordinateurs. Un film qui reste gravé dans la mémoire !


LUDIVINE FANIEL, LES GRIGNOUX

 Tweet