Medias
Journal des Grignoux Chargez notre appli mobile Nos newsletters (archives, inscriptions) Nos galeries photos
Medias
Journal des Grignoux en PDF + archives Chargez notre appli mobile S’inscrire à nos newsletters Nos galeries photos

retour aux actualités

Retraite... méritée !

départ

Michel Condé arpente les bureaux des Grignoux depuis près de 40 ans. Cet être un peu mystérieux, discret et savant est maintenant le dernier de la « bande des cinq » (avec Jean-Pierre Pécasse, Jean-Marie Hermand, Odette Dessart et Dany Habran) à prendre sa retraite, dans un contexte que peu lui envient, à cause de l’impact que la crise a et aura sur ce qui est son grand œuvre professionnel : l’éducation à l’image et à la salle de cinéma.

Féru de sociologie et de sciences humaines en général, grand amateur d’arts plastiques et dessinateur à ses heures « perdues », ce docteur en langues et littératures romanes se souvient encore de son entretien d’embauche aux Grignoux, devenu légendaire dans les couloirs de la rue Sœurs de Hasque.

En effet, vu comme un intello pur jus notamment à cause de son doctorat, ses futurs collègues n’eurent de cesse de lui demander s’il était capable de nettoyer les wc, pour vérifier qu’il n’était pas trop déconnecté !

Pourtant, derrière la figure d’intellectuel un peu éthéré, c’est un homme qui n’a jamais hésité à mettre la main à la pâte, et l’on ne compte pas ses nombreux savoir-faire pratiques : jusqu’il y a peu il s’occupait du parc informatique et c’est à lui qu’on doit notre système de grille de programmation (un bijou de macros Excel) ou d’étiquetage du journal.

Encyclopédiste comme on en fait peu, il était au bureau la personne à laquelle vous pouviez poser à peu près n’importe quelle question et qui allait s’attacher à vous faire une réponse circonstanciée, fournie et nuancée. Oh, bien sûr, cela pouvait prendre des heures (voire des jours) entre la formulation de la question et sa réponse — beaucoup se souviennent de longs silences à la fois comiques et déroutants —, mais quand il revenait vers vous, c’était à la hauteur de votre attente, que ce soit une interrogation sur le développement psychique de l’enfant, une précision sur la Question Royale, la guerre civile au Guatemala ou la préparation d’une lasagne végétarienne...

Si, parfois trop discret ou timide, communiquer n’était pas son fort, il avait néanmoins le don de synthétiser les opinions divergentes et ses avis étaient unanimement respectés.

Depuis le début derrière le programme Écran Large sur Tableau Noir, il lui a donné son ampleur territoriale et une exigence intellectuelle que toutes et tous lui reconnaissent, depuis la Fédération Wallonie-Bruxelles qui le subventionne (mais à quand une indexation des montants ?) jusqu’aux professeurs qui en ont fait pour beaucoup un précieux outil d’éducation.

Ecran Large, ce n’est pas « seulement » proposer aux enseignants des films soigneusement éditorialisés, ce n’est rien de moins qu’une philosophie appliquée de l’éducation aux médias : partir du principe qu’une image se lit et à ce titre s’interprète, et donner des clés de compréhension et de discussion pour l’interpréter, aux élèves comme aux enseignants (voir tous les dossiers pédagogiques).

C’est aussi permettre à tous, depuis les petits de maternelle jusqu’au « grands » du supérieur, d’avoir accès aux films en salle, dans les meilleures conditions possibles.

C’est le contraste entre les personnalités des premiers responsables des Grignoux qui ont fait sa force : qu’elle et ils aient été visionnaires, gestionnaires, attachés au détail, rassembleurs ou « bagarreurs », ils ont, pendant 35 ans à peu près, trouvé un équilibre, se nourrissant les un.e.s les autres des forces de chacun.e, s’enthousiasmant pour des valeurs et des objectifs communs forts. Tout cela leur a permis de transcender, au fil des années, d’immanquables querelles ou tensions et ne jamais devenir désabusé.e.s.

À l’heure où les cinémas sont fermés et où la conjoncture économique promet de bien tristes moments, il nous appartient à nous, héritières et héritiers, de trouver une inspiration dans le parcours de ces pionnier.e.s et de construire ensemble les Grignoux de demain.

Merci Michel !
Les collègues des Grignoux

Photo : Petit clin d'œil à Michel, grand fan de l'œuvre de David Lynch... et d'Isabella Rossellini ;-)